Des millions de m2 de toiture en amiante en France

Jusqu’à la fin des années 1990, l’un des usages les plus courants de l’amiante dans les maisons françaises était son utilisation en tant que matériau de couverture que ce soit sous forme de plaques ondulées, d’ardoises ou encore de plaques sous-tuiles dans le sud. L’amiante se retrouve donc aussi bien dans des installations agricoles, industrielles ou résidentielles.

La législation amiante vise à réglementer la gestion de l’amiante, un matériau très utilisé sur les toitures avant 1997en raison de ses propriétés isolantes, résistantes et respirantes.
Toit baché avant travaux

Cependant, après la découverte de ses effets nocifs sur la santé, l’amiante a été interdit en France en 1997.

En 2018, l’Ademe estimait à moins de 1% le retrait des 230 000 millions de tonnes d’amiante dont plus de 42 % concerne le bâtiment dans son ensemble. Il reste donc encore des millions de m2 de toitures amiantées en France.

Ces toitures peuvent se présenter sous différentes formes : plaques ondulées, plaques sous tuile associées à des tuiles plates dans le Sud ou encore ardoises, en particulier dans l’Ouest.

Selon la législation, tant que la toiture en amiante n’est pas endommagée, il n’est pas obligatoire de la remplacer. Cependant, toute action susceptible de libérer les fibres dans l’air, telle que le nettoyage mécanique ou les travaux, est interdite. Les couvreurs peuvent donc souvent confrontés à des situations complexes lors d’interventions pour des travaux d’apparence simples. Remplacer quelques tuiles, refaire une faitière se transforment en chantiers de désamiantage plus complexes.

Que faire en présence en présence d’une toiture en amiante ?

Il est recommandé de réaliser un diagnostic amiante avant tous travaux (DAAT) avant d’entreprendre des travaux sur une toiture d’avant 1997.

Il est à noter que les plaques ondulées à base de ciment sont dans leur grande majorité des plaques en amiante-ciment. Donc devant un hangar recouvert de plaques ondulées, les précautions spécifiques à l’amiante sont conseillées, avant même le diagnostic. Le diagnostic permet de confirmer la présence et la quantité d’amiante, ainsi que de prendre les mesures appropriées pour assurer la sécurité.

Par ailleurs si la toiture montre des signes d’usure, il est recommandé de faire un diagnostic pour prendre des mesures conservatoires.

Dans le cadre d’une vente, un diagnostic amiante avant-vente est obligatoire, quel que soit le type de toiture : plaques ondulées, tuiles, ardoises ou toit plat.

Bien que le remplacement d’une toiture amiantée ne soit pas obligatoire, il est conseillé de le faire lors d’une vente, pour garantir la sécurité des occupants potentiels et rassurer les acquéreurs.

Si la toiture est endommagée, les travaux de désamiantage doivent être effectués dans les 36 mois suivant le diagnostic.

Le propriétaire doit informer chaque intervenant, et en particulier le couvreur, de la présence d’amiante dans la toiture quel que soit le type de travaux.

En cas de présence d’amiante sur une toiture, différentes options s’offrent aux propriétaires et aux couvreurs souvent sollicités :

  • Le désamiantage, effectué par des professionnels certifiés, consiste à retirer complètement les matériaux et à les éliminer de manière sécurisée.
  • Une alternative au désamiantage est l’encapsulage. L’encapsulage consiste à recouvrir les matériaux contenant de l’amiante avec un enduit pour éviter la dispersion des poussières dans l’air. Cette méthode peut être plus rapide et moins coûteuse.

    Encapsulage toiture
    L’encapsulage est une bonne solution de traitement des toitures en bon état

Il est important de noter que les travaux de désamiantage doivent t être réalisés par des professionnels formés certifiés. Ils sont garants de la sécurité des travaux, de la non-dispersion des fibres et de la bonne gestion des déchets.

Quelles solutions pour quels types de travaux

Il est évident que changer quelques ardoises sur une maison individuelle ou mener une opération de désamiantage sur les plaques ondulées d’un hangar de plusieurs centaines de m2 ne nécessite pas la même démarche.

En s’appuyant sur les analyses CARTO Amiante, nous allons étudier plusieurs configurations qui peuvent être rencontrées par les couvreurs et les entreprises spécialisées dans le désamiantage ou par des couvreurs.

 

Dans tous  les cas, il est vital de travailler à l’humide

Le travail à l’humide constitue une mesure de protection collective essentielle et une approche recommandée lors de travaux exposant à des poussières. Cette méthode implique l’utilisation d’eau pour réduire la dispersion des particules de poussière et les diriger vers le sol.

Par exemple, il est possible de :

  • Préalablement humidifier l’intégralité de la toiture, en particulier les ardoises visées, avant de procéder à leur découpe ou à leur déclouage.
  • Mouiller les débris avant de les rassembler.

Si les conditions le permettent, mettre en place des systèmes de brumisation pour maintenir une humidité constante.

Cette approche contribue de manière significative à minimiser la propagation des poussières et à garantir un environnement de travail plus sûr et sain

LP500

Pulvérisateur

pour aller plus loin

Couvreur changeant ardoises sur un toit

Changer quelques ardoises ou démonter une plaque ondulée :

Voici 2 exemples de travaux

Exemples concrets
Sacs à manche pour travaux sur tuyaux horizontaux ou verticaux

Lorsqu’une présence d’amiante est détectée dans le calorifugeage, il est important de mettre en place des mesures de désamiantage
appropriées pour éviter toute dispersion des fibres d’amiante et préserver la santé des personnes intervenant sur le chantier.

Calorifugeage et amiante
Mur amiante ciment Texture de feuille de ciment d'amiante gris. Gros plan - depositphotos.com

Les murs peuvent être amiantés lorsqu’ils contiennent des matériaux de construction intégrant de l’amiante (MPCA). Il est important de bien évaluer pour bien traiter.

Murs Amiantés
Danger Amiante

Rénovation de sol : identifiez l’amiante avant d’opérer

Les rénovations de sol comportant de l’amiante exigent une approche méticuleuse dans le repérage : en effet l’amiante peut être dans le revêtement de sol comme dans la colle qui a servi à le poser.

Rénovation de sol