FAQ sur la Sécurité au Travail et la Gestion de l'Amiante

Les réponses à vos questions sur la Sécurité au Travail et la Gestion de l’Amiante

Foire Aux Questions

Bienvenue sur notre page FAQ dédiée aux questions fréquemment posées dans le domaine professionnel lié à la gestion de l’amiante et à la sécurité sur les chantiers. Que vous soyez un professionnel du bâtiment, un donneur d’ordre, ou simplement intéressé par les aspects réglementaires et techniques liés à l’amiante, cette page est conçue pour répondre à vos interrogations.

Dans le domaine de la sécurité au travail et la gestion de l'amiante.

Les réponses à vos questions

Explorez ces concepts et trouver les réponses à des questions telles que la différence entre « Démolition » et « Dépose », le rôle du « Document Unique » en matière de sécurité au travail, ou encore la signification du terme « Donneur d’ordre » dans le contexte des travaux liés à l’amiante. Nous plongerons également dans les procédures de repérage de l’amiante, les différents types de travaux, les mesures de protection collective et individuelle, ainsi que les nuances entre les « Travaux Préliminaires » et les « Travaux Préparatoires ».

Protection

Toutes les réponses à vos questions sur les éléments de protection contre les substances nocives comme l’amiante ou le plomb.

Les réponses à vos questions concernant la protection

L’APR, ou Appareil de Protection Respiratoire, est un équipement utilisé pour protéger les travailleurs contre les risques respiratoires, notamment en présence d’amiante. Il contribue à éviter l’inhalation de particules dangereuses.

Un filtre THE, ou filtre à très haute efficacité, est utilisé dans les équipements d’aspiration pour filtrer les particules fines, y compris l’amiante. Il offre une protection contre les substances nocives et est classé en fonction de son efficacité de filtration.

Le FPA (facteur de protection assigné) mesure l’efficacité d’un appareil de protection respiratoire (APR) pour réduire l’exposition aux contaminants atmosphériques. Il est spécifique à chaque type d’APR et est déterminé lors de tests en laboratoire conformément aux normes et réglementations.

Les moyens de protection collective (MPC) sont des dispositifs visant à prévenir les risques amiante sur le chantier, réduisant l’exposition des travailleurs et évitant la dispersion des fibres d’amiante, tant en intérieur qu’en extérieur.

Les EPC agissent sur l’environnement de travail pour réduire les risques pour tous les travailleurs, tandis que les EPI sont portés individuellement. Par  exemples, les EPC incluent des produits pour le confinement, des SAS matériels et personnels.

La Protection Collective englobe tous les moyens permettant de réduire la concentration en fibres d’amiante dans l’air de la zone de travail et son environnement. Des exemples incluent la brumisation, le renouvellement d’air, le confinement, le mouillage, l’aspiration à la source, etc.

Vocabulaire

Tout ce que vous devez savoir en terme de vocabulaire de chantier pour le cadre de projet de traitement des déchets amiantés.

Les réponses à vos questions concernant le vocabulaire de chantier

Le cantonnement de chantier regroupe tous les espaces destinés aux besoins des travailleurs tels que les vestiaires, réfectoires, lavabos, toilettes, urinoirs et douches. Ces installations sont mises à la disposition de tous les travailleurs sur le chantier.

Un élément constructif homogène est une partie spécifique d’une structure de construction qui, après désamiantage, a une fonction, une composition et des caractéristiques de surface identiques et constantes.

Dans le contexte du bâtiment, un ouvrage fait référence à un ensemble de travaux de construction réalisés dans un immeuble bâti, remplissant une fonction économique ou technique spécifique.

Le périmètre de repérage concerne les locaux ou parties de l’immeuble où la mission de repérage d’amiante est réalisée. Le périmètre d’investigation englobe les locaux ou parties de l’immeuble concernés par la mission de prélèvement.

Un programme de travaux est un document détaillant la liste des travaux à effectuer et la localisation précise de la zone d’intervention, également connue sous le nom de zone de travaux effectifs.

Les Travaux Préliminaires sont des opérations à faible risque d’empoussièrement dans une zone non contaminée, tandis que les Travaux Préparatoires se déroulent dans une zone présentant un risque d’empoussièrement amiante, mais maîtrisable avec des moyens simples tels que le calfeutrement et la mise en place de captations à la source.

Les Travaux Préparatoires visent à réduire au maximum les émissions de fibres d’amiante, garantir un environnement de travail sécurisé, et incluent des mesures telles que la délimitation des zones, l’isolation, le calfeutrage, et la mise en dépression de la zone.

La Zone de Travail est l’espace où le traitement de l’amiante est effectué. C’est dans cette zone que les opérations spécifiques liées à l’amiante ont lieu, comme le retrait, l’encapsulage, ou toute autre intervention. Elle est délimitée pour assurer la sécurité des travailleurs et prévenir la dispersion des fibres d’amiante.

Une Zone Homogène fait référence à une partie spécifique d’un immeuble présentant des caractéristiques similaires telles que le type de matériaux, leur état de conservation, l’exposition à l’air, etc.

La Stratégie d’Échantillonnage organise la réalisation du mesurage pour obtenir une évaluation représentative de l’empoussièrement en fibres d’amiante, garantissant des prélèvements analysables et représentatifs de la situation à évaluer.

Les acteurs du désamiantage

Tout ce que vous devez savoir sur les acteurs du désamiantage

Les réponses à vos questions sur les acteurs du désamiantage

  • La SS3 concerne la démolition, le retrait, ou le confinement de matériaux contenant de l’amiante.

 

  • La SS4 concerne les interventions de maintenance, réparation, ou entretiens susceptibles de provoquer l’émission de fibres d’amiante.

La Certification « amiante » est la reconnaissance officielle, effectuée par un organisme accrédité, de la capacité d’une entreprise à réaliser des travaux de traitement de l’amiante. Cette reconnaissance est basée sur une évaluation objective des ressources et méthodes de l’entreprise, ainsi que sur la conformité de ses opérations aux exigences préétablies.

Le donneur d’ordre est toute entité responsable de la commande d’un examen visuel ou d’une mission de repérage d’amiante. Cela peut inclure le propriétaire, le syndic, un locataire, un maître d’ouvrage, etc.

L’entreprise est responsable de mener l’évaluation des risques amiante, élaborant un programme d’actions de prévention et déterminant les moyens de protection collective et individuelle pour assurer la sécurité des interventions.

L’opérateur d’examen visuel réalise des missions d’examen visuel après le retrait d’un matériau amianté. Il doit être certifié et choisi avec soin en fonction de sa certification.

Les organismes certificateurs évaluent la capacité des entreprises à réaliser des travaux de traitement de l’amiante conformément aux normes. Cette évaluation couvre les capacités organisationnelles et techniques, ainsi que les bonnes pratiques de l’entreprise.

Le personnel d’encadrement de chantier dirige et coordonne l’exécution des travaux conformément aux procédures établies, tandis que le personnel d’encadrement technique prend des décisions technico-commerciales, établit des documents techniques, et définit les moyens techniques nécessaires à un chantier.

Repérage et diagnostic

Tout ce que vous devez savoir sur la phase de repérage et le diagnostic amiante.

Les réponses à vos questions sur la phase de repérage et le diagnostic amiante

L’évaluation des risques amiante vise à identifier et évaluer les dangers liés à la présence d’amiante, déterminant ainsi les mesures nécessaires pour prévenir les risques pour la santé des personnes exposées.

Les étapes incluent l’identification des matériaux amiantés, l’évaluation de leur état, la caractérisation des risques, l’estimation de l’exposition, et enfin, l’élaboration de mesures de prévention telles que l’encapsulage ou le retrait.

L’inspection visuelle est cruciale pour repérer visuellement les matériaux dangereux, permettant ainsi la prise de mesures appropriées pour assurer la sécurité.

Une investigation approfondie examine la composition d’un ouvrage, pouvant être destructive (altérant la fonction) ou non destructive. Elle peut être réalisée avant ou entre différentes phases de travaux.

L’investigation approfondie complémentaire selon la norme NF X46-020 est une étape spécifique dans le repérage amiante, effectuée avant ou entre les phases de travaux, visant à vérifier l’état et la conformité de l’amiante par rapport aux informations précédemment recueillies.

Un programme de repérage est une liste des composants de construction à inspecter lors d’une mission de repérage d’amiante. Il est établi en fonction du programme des travaux fixé par le donneur d’ordre.

Lors d’une mission de repérage d’amiante, le repérage est adapté à la nature de l’opération et à son périmètre

Voici une liste générale des ouvrages et parties d’ouvrage à prendre en compte lors d’une telle mission pour le bâti :

 

Les revêtements et enduits :

  • Revêtements muraux (peinture, papier peint, lambris, etc.).
  • Revêtements de sol (moquette, carrelage, linoléum, etc.).
  • Enduits intérieurs et extérieurs.

 

Les faux plafonds et plafonds suspendus :

  • Plaques de plâtre.
  • Dalles de faux plafond.
  • Enduits de plafond.

 

Les isolants thermiques et acoustiques :

  • Calorifugeage de tuyauterie.
  • Isolation de conduits.
  • Isolation de parois et de toitures.
  • Isolation phonique.

 

Les matériaux de construction et de structure :

  • Plaques de fibrociment.
  • Conduits et gaines en fibrociment.
  • Tôles ondulées en fibrociment.
  • Colles et mastics contenant de l’amiante.
  • Bétons et enduits contenant de l’amiante.

 

Les équipements et installations divers :

  • Portes coupe-feu et cloisons.
  • Éléments de ventilation et de climatisation.
  • Conduits de cheminée et de ventilation.
  • Tableaux électriques et armoires.

 

Les éléments extérieurs :

  • Façades.
  • Bardages.
  • Couvertures de toiture.
  • Joints de dilatation.

 

Les éléments spécifiques :

  • Fours et chaudières.
  • Réservoirs et cuves.
  • Ascenseurs et monte-charges.
  • Installations de traitement des eaux.

 

NB: Il est important de noter que cette liste n’est pas exhaustive et que d’autres ouvrages et parties d’ouvrages peuvent nécessiter une inspection en fonction des particularités du bâtiment et des réglementations applicables.

Les ouvrages incluent les revêtements, les faux plafonds, les isolants, les matériaux de construction, les équipements divers, les éléments extérieurs, les éléments spécifiques, etc. La liste n’est pas exhaustive, et d’autres éléments peuvent nécessiter une inspection en fonction des particularités du bâtiment et des réglementations applicables.

Traitements de l’amiante

Tout ce que vous devez savoir sur le traitement des déchets amiantés.

Les réponses à vos questions sur les traitements des déchets amiantés

Le confinement dans le contexte de l’amiante désigne l’isolation de la zone de travail pour empêcher la dispersion des fibres. Cela implique de rendre étanche la zone de travaux pour faciliter le nettoyage et éviter que des fibres d’amiante ne s’échappent vers l’extérieur.

La démolition implique la destruction d’au moins une partie majeure d’une structure, tandis que la dépose fait référence au retrait des matériaux contenant de l’amiante en préservant leur intégrité pour minimiser la dispersion des fibres.

Le doublage consiste à mettre en place un coffrage autour du matériau amianté sans contact avec ce dernier. Cela crée une barrière physique pour prévenir la libération de fibres d’amiante dans l’air, réduisant ainsi le risque d’exposition.

L’échantillonnage amiante est le processus de prélèvement d’échantillons représentatifs de matériaux suspects. Ces échantillons sont analysés en laboratoire pour évaluer la présence d’amiante. C’est une étape cruciale pour évaluer les risques, prendre des mesures de gestion appropriées, et assurer la conformité aux réglementations.

L’encapsulage regroupe les procédés visant à traiter et conserver l’amiante en place de manière étanche pour éviter la dispersion des fibres dans l’air. Cela peut inclure des techniques telles que l’enveloppement, le doublage, la fixation par revêtement, etc.

L’encoffrement est un procédé de confinement de l’amiante où les matériaux amiantés sont enveloppés ou enfermés hermétiquement dans une structure rigide pour empêcher la libération des fibres.

La fixation par revêtement consiste à appliquer un revêtement sur un matériau amianté pour créer une barrière protectrice, scellant ainsi le matériau et prévenant la libération de fibres d’amiante dans l’air.

L’imprégnation implique l’application d’un produit liquide dans les matériaux contenant de l’amiante pour fixer les fibres, formant ainsi une barrière protectrice.

Le surfactage englobe deux opérations, l’humidification (pour réduire les émissions de fibres pendant les travaux) et la fixation (pour prévenir la remise en suspension des fibres résiduelles à la fin des travaux) sur les Matériaux Contenant de l’Amiante (MCA).

Le Traitement de l’Amiante englobe deux opérations :

  1. Le retrait d’amiante, impliquant l’action juridique de traiter le matériau de sa gestion jusqu’à son élimination finale
  2. L’encapsulage de matériaux et produits contenant de l’amiante.

Identifier l’amiante

Tout ce que vous devez savoir pour identifier de manière fiable des fibres d’amiantes sur vos chantiers.

Les réponses à vos questions pour identifier l'amiante

Une couche se réfère à une strate distincte ou à une épaisseur spécifique d’un matériau ou d’un produit. Chaque couche peut avoir des propriétés différentes, contribuant aux caractéristiques globales du matériau. Comprendre les différentes couches est crucial pour évaluer la composition et le comportement du matériau.

Un échantillon amiante est une partie représentative d’un matériau suspecté de contenir de l’amiante. Ces échantillons sont prélevés pour une analyse en laboratoire afin de déterminer la présence et la quantité d’amiante dans le matériau.

Selon la norme NF X46-020, un élément témoin est un échantillon ou une partie d’un matériau prélevé pour servir de référence ou de comparaison dans des analyses ultérieures, en vue de caractériser une zone présentant des similitudes d’ouvrage (ZPSO).

L’examen visuel après le retrait est une opération visant à inspecter visuellement les surfaces traitées pour s’assurer qu’aucune fibre d’amiante résiduelle n’est présente. Une couche se réfère à une strate distincte ou à une épaisseur spécifique d’un matériau ou d’un produit. Chaque couche peut avoir des propriétés différentes, contribuant aux caractéristiques globales du matériau. Comprendre les différentes couches est crucial pour évaluer la composition et le comportement du matériau.